Sciences physiques et chimiques

picto-accueil

 


 

Saint-Denis, le 20 avril 2009

 

L’Inspecteur d’Académie – Inspecteur Pédagogique Régional
de Sciences physiques et Chimiques fondamentales et appliquées
à Mesdames et Messieurs Les Professeurs de Sciences Physiques et Chimiques
S/C de Mesdames et Messieurs Les Chefs d’établissements

 

Objet : Socle commun, évaluation des compétences et enseignement des Sciences Physiques et Chimiques

 

A l’entame du dernier trimestre de l’année scolaire, il m’a semblé opportun de souligner quelques lignes directrices.

 

1) Le Socle Commun, évaluation des compétences.

Toute progression pédagogique doit être construite en termes de connaissances et de compétences, en lien direct avec le Socle Commun. Cela passe évidemment par la participation à la validation d’items du B2i, par l’instauration d’évaluations diagnostique, formative en plus de sommative. L’évaluation des acquis des élèves devant être conçue comme un outil de régulation de leurs apprentissages et des compétences visées et atteintes. Cela implique, qu’il y ait une réelle réflexivité entre séquence d’enseignement et évaluation.

Les évaluations doivent être diversifiées en nature, en support, et en finalité, et être orientées vers la vérification d’acquisition de compétences.

Chaque enseignant doit adapter son enseignement en rapport au niveau qu’il professe, au contexte de son établissement, avec comme objectif principal, que chacun des élèves acquièrent le socle commun de connaissances et de compétences. L’adaptation, la régulation éventuelle des contenus et des supports d’enseignements, étant dictées par les résultats des évaluations des connaissances et des compétences acquises par les élèves.

 

2) Les Sciences Physiques et Chimiques : Discipline d’enseignement expérimental.

L’objectif premier de notre discipline d’enseignement expérimental, est de faire acquérir par tous les élèves une culture scientifique et technique de façon progressive. Cette culture scientifique n’est pas l’empilement d’informations scientifiques, mais l’acquisition d’un ensemble de comportements intellectuels, et de connaissances permettant aux jeunes de se situer dans le monde naturel, et culturel, de le comprendre et de participer aux évolutions sociales liées à la science et ses applications.

Elle doit être fondée sur l’aptitude à l’expérimentation et à l’observation, le raisonnement, la réflexion critique, la rigueur, le goût du travail concerté et l’argumentation. Elle doit permettre de faire le départ entre objectif et subjectif, rationnel et irrationnel, universel et factuel, raison et foi. Elle doit donc être un élément essentiel d’une formation à la citoyenneté moderne.

Tout en suscitant la curiosité pour le monde environnant et l’envie de le comprendre, l’éducation scientifique doit faciliter la réalisation d’un objectif double, l’éveil et la concrétisation des vocations professionnelles, que ce soit dans le domaine « technoscientifique » (techniciens, ingénieurs) ou dans le domaine scientifique ou médical proprement dit, apportant ainsi des éléments de réponses à la désaffection des vocations scientifiques dans le domaine des Sciences fondamentales.

Pour cela, afin de renforcer l’identité et le rayonnement de la discipline, un effort de diversification est essentiel, portant d’abord et à tous les niveaux sur l’expérimentation (pour les élèves avant tout), tourné vers les TICE et les activités documentaires (en lien avec l’histoire des Sciences), ainsi que vers la recherche de liens thématiques avec les disciplines voisines et les autres.

Les thèmes de convergence que sont les enjeux énergétiques, le développement durable, l’hygiène, le bien être, la sécurité, les télécommunications…sont sources d’enseignement transdisciplinaires, et permettent de contextualiser les notions abordées.

La problématique, les enjeux majeurs pour La Réunion générés par GERRI (Grenelle de l’Environnement à La Réunion Réussir l’Innovation) jusqu’en 2030 (cf., site GERRI.fr), se doivent d’être abordés et exploités à tous les niveaux d’enseignement.

La pédagogie mise en place doit être en adéquation avec les activités de tout scientifique, c'est-à-dire basée sur une méthode inductive et déductive dite d’investigation, comme une situation problème, un thème, le permet.

 

3) Conclusion

Œuvrons pour une pratique authentique, ouverte et dynamique de l’enseignement de notre discipline. Ainsi l’enseignement des Sciences Physiques et Chimiques sera vivant, concret, et donc intéressant pour les élèves, correctement évalué donc mieux perçu par l’ensemble de la communauté, relié aux autres disciplines, gage de sa pérennisation, et susceptible de transmettre aux élèves ce triple bagage du « connaître,appliquer, raisonner ».

 

Excellente fin d’année scolaire.

Bien cordialement.

L’IA-IPR de Sciences Physiques et Chimiques Pascal Schrapffer